Vivre en ville

Nouvelles déficiences sur un gros chantier : l’exemple Casino-Coullery

Le très gros chantier Casino-Coullery qui fera place à ce que nous avons récemment appelé le MILLE DE LA CULTURE révèle des déficiences en matière de prise en compte des piétons et de communication. Les services des infrastructures et de la sécurité doivent exiger davantage des entreprises sous contrat, à savoir ici Implenia et Colas.

En 2020 dans notre article sur le chantier « rue du Midi », nous avions fait référence aux promesses faites par le Conseil communal devant le Conseil général, En effet, en 2017, la gestion chaotique du chantier Crêt-Manège avait amené le parti socialiste à interpeller le Conseil communal notamment avec cette question :  » À l’avenir, que compte faire le Conseil communal pour mieux garantir la sécurité des piétons; envisage-t-il de rendre plus contraignant le cahier des charges dans les offres publiques ? « 

Le conseiller communal Arlettaz, chef de la sécurité et des espaces publics, avait donné des garanties le 14 décembre 2017 devant le Conseil général : « Sur cette base, et pour éviter que de tels événements se reproduisent ces prochaines années, où d’autres chantiers importants se dérouleront, il y a effectivement lieu que des mesures soient prises. Premièrement, il y a lieu qu’un rappel d’ordre général soit fait cet hiver aux entreprises actives à La Chaux-de-Fonds sur l’importance de respecter non seulement la sécurité du chantier proprement dit, mais aussi celle des piétons et du trafic qui évoluent aux abords immédiats. Deuxièmement, il s’agit de modifier les conditions générales imposées aux entreprises pour renforcer contractuellement les devoirs de l’entreprise et les prérogatives de la Sécurité publique pour ce qui est du contrôle du respect des règles de sécurité. Et troisièmement, il faudra s’efforcer de consacrer un moment spécifique en début de chantier pour clarifier entre la Sécurité publique, les services techniques et les entreprises engagées les exigences de la Ville en termes de sécurité du trafic et des piétons. Avec de telles mesures, le Conseil communal est persuadé qu’en plus de l’attention de chaque instant que les entreprises, et c’est heureux, portent à la sécurité de leurs collaborateurs, elles amélioreront la perception de leurs responsabilités quant à la sécurité des usagers qui fréquentent les abords de leurs chantiers.« 

Le très gros chantier de cette année nous force à revenir à la charge pour regretter que la prise en compte des piétons soit toujours autant négligée.

A. Implenia a négligé la sécurité des piétons au croisement Serre-Coullery

Pendant quelques semaines d’août jusqu’au mardi 31, les piétons venant de la rue de la Serre devaient, à leurs risques et périls, traverser la rue du Docteur-Coullery sur la même voie que les autos et les camions. Aucun passage sécurisé n’avait été prévu pour eux.

Le 31 août, à la suite d’une séance entre l’entreprise Implenia et des responsables communaux des services des infrastructures et de la sécurité, la situation s’est améliorée. Le 6 septembre les piétons sont invités à prendre un cheminement sécurisé.

B. Colas néglige la signalisation de déviation des voies piétonnières autour de la rue du Casino

Le lundi 6 septembre, les piétons sont laissés sans aucune information sur la manière d’aller du Métropole-Centre à l’Espace de l’urbanisme horloger et de celui-ci au parc des Musées. C’est ici l’entreprise Colas qui devrait. à l’aide des responsables communaux de la signalisation urbaine, faire un effort à l’égard notamment des touristes qui visitent les musées.

Ainsi quand vous sortez de Métropole-Centre et que allez tout droit vous vous trouvez dans une impasse. Il faudrait signaler aux piétons de prendre à gauche la rue Daniel-Jean-Richard ou à droite la rue des Musées. Sur l’image de gauche prise à la sortie est de Métropole-Centre on voit qu’il n’y a aucune signalisation pour les piétons.

De même en sortant du parc des Musées, comment aller sur le Pod ?

Ou comment passer de l’Espace de l’urbanisme horloger au Musée des beaux-arts ?

Métropole-Centre, lui, indique clairement aux piétons l’itinéraire de déviation devant son entrée ouest en réfection.

C. Une information visuelle claire, attractive et porteuse d’avenir manque pour présenter les futures rues rénovées.

Un chantier d’une telle importance qui remodèle entièrement la traversée piétonne nord-sud ou sud-nord par le MILLE DE LA CULTURE aurait mérité plus de valorisation visuelle. Le 6 septembre, seuls trois panneaux de chantier (rue du Doubs, avenue Léopold-Robert et rue du Casino) sont visibles, sans attractivité visuelle, sans donner envie du futur axe ! Les passants ne sont pas forcément d’habiles décrypteurs de plans architecturaux.

On aurait souhaité au moins une belle image de la future rue du Docteur-Coullery comme on en a vu une pendant quinze jours en novembre 2020 sur la place de la Gare. Dommage mais il reste quelques semaines pour rectifier le tir et poser des panneaux attractifs.

Catégories :Vivre en ville

Tagué:, ,

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s