Vivre en ville

Les trois champs à butiner dans cette législature

Le passionnant programme de législature 2020-2024 a été présenté mercredi 25 mai par le Conseil communal. Il ouvre la voie à une ville en mutation. Nous aurions bien voulu pouvoir butiner des fleurs inconnues écloses sur trois nouveaux champs à semer.

Le conseil communal in corpore, photo de @Lucas Vuitel, ArcInfo, 26 mai 2021

Le programme fait la part belle à la culture et à l’urbanisme. La canton reconnaît à la ville son rôle de pôle culturel et veut l’aider à investir dans ce domaine. Il est cependant curieux que les multiples liens collaboratifs possibles avec l’Etat et avec la ville voisine du Locle soient si peu ou pas du tout mis en évidence comme des priorités.

ArcInfo met en exergue le projet de créer une compétition de Coupe du Monde ski nordique sur le POD. Cette idée, un entrefilet dans le rapport de 24 pages, est saugrenue; surtout si le Vert Patrick Herrmann doit obliger ses services à utiliser des canons à neige en cas d’un doux hiver !

Par contre, la création d’un café-boutique dans le parc des Musées, la piétonnisation de la rue du Commerce de la gare aux abattoirs, l’assouplissement des règles pour la pose de panneaux solaires, la création d’un mensuel papier gratuit et d’un guichet unique d’informations sont des fleurs odorantes et suaves. Il y en a plein d’autres qu’on peut butiner dans le rapport !

Cependant, l’abeille sauvage aurait voulu que soient semées des espèces florales nouvelles et inédites dans trois champs des possibles.

1. La champ de la ville du changement climatique

Nous avions volé en octobre jusqu’à Constance et avions ramené dans la ruche le pollen d’une ville qui se lance dans une ambitieuse sensibilisation des citoyens à la transition écologique.

2 . La champ de la ville moyenne connectée pour le télétravail

La crise civilisationnelle du Covid-19 a poussé beaucoup de Parisiens à quitter la mégapole par trouver dans des villes moyennes à la pointe de la technologie une manière de vivre moins stressante. La ruche chaux-de-fonnière n’est-elle pas propice à attirer des abeilles fatiguées par l’entasssement étouffant de l’arc lémanique ? Maintenant que le canton a créé un département de la digitalisation dirigé par la PLR Crystel Graf, on aurait pu imaginer un volontarisme plus marqué de nos beaux bourdons.

3 . Le champ de la marchabilité dans la sécurisation des piétons et la réfection des trottoirs

Le concept de marchabilité est bien du XXIe siècle. Il ne concerne pas seulement la piétonnisation des centres urbains mais aussi la sécurité et le confort des déplacements à pied. Notre ville devrait participer à des programmes d’évaluation de la marchabilité dans les villes suisses. Les chantiers et les trottoirs y sont parfois un calvaire pour les piétons, les pires pesticides pour l’abeille sauvage. C’est notre dada de le rappeler. Bzzz, bzzz, bises à tous !

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s