Vivre en ville

Tout bel enclos, toutes belles loutres

Quelle belle surprise de découvrir le nouvel enclos des loutres cendrées, espèce animale asiatique en voie d’extinction qui justifie que notre petit zoo s’engage pour leur préservation, à notre plus grand bonheur. Malgré la qualité du nouvel espace, malgré l’immense engagement financier des Amis du Bois du Petit-Château, il reste des citoyens ronchons. Qu’ils aillent se faire loutres dans le Doubs pour trouver de nouvelles prises à leurs hameçons tordus.

Photos © labeillesauvage.net

En 2018, le Conseil général de la ville de La Chaux-de-Fonds avait voté un crédit pour la construction du nouvel enclos. La Ville investit CHF 325’000 net et le reste des 650’000 francs est financé les Amis du Bois du Petit-Château (260’000 francs) et le Fonds du Parc (75’000 francs).

L’investissement n’est pas seulement justifié écologiquement mais rentable financièrement par l’effet-entonnoir qu’il permettra pour attirer des visiteurs dans le futur musée payant. Le parc zoologique reste gratuit : encore heureux que le Bureau de Contrôle des métaux précieux ait donné un million pour ce musée à la condition du maintien de cette gratuité. 

Il y a encore des Chaux-de-Fonniers qui se plaindraient à Zeus de faire tomber des pièces d’or à côté d’eux : des fois qu’elles leur cabosseraient la caboche !

La responsable du zoo Yasmine Ponnampalam a très bien répondu à d’autres détracteurs, les prétendus défenseurs de la cause animale qui ne comprennent pas l’engagement nécessaire des zoos-protecteurs de la nature. « Les zoos ont leur rôle à jouer. Tout simplement parce que le milieu naturel, victime de destruction, tend à disparaître, ce qui met en péril certaines espèces animales. En garder un pool génétique viable en captivité devient capital, ce que la captivité rend possible.» Les loutres cendrées asiatiques justement sont « au bord de l’extinction dans certaines régions de leur aire de répartition ; elles sont classées comme ‘vulnérables’ selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (l’UICN)». (ArcInfo, 11 décembre 2020).

Laissons les grincheux du portemonnaie et de l’anti-spécisme bouder dans leur coin sans prendre plaisir comme nous à découvrir le nouvel espace. Proximité visuelle avec les animaux craquants, harmonie du lien entre la maison tempérée et les aménagements aquatiques extérieurs.

Notre investissement affectif est immense, à la mesure des remerciements qui doivent aller au conseiller communal Théo Bregnard et au directeur des institutions zoologiques Xavier Huther. Avec une profonde gratitude aussi à Madame Ponnampalam ! Bravo !

Catégories :Vivre en ville

Tagué:,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s